Pedro de Alvarado

 

Conquistador espagnol (Badajoz, 1485 — Guadalajara de México, Mexique, 1541).


Pedro de Alvarado débarqua en Amérique en 1510. Il prit part aux campagnes de Cuba (1511) et du Yucatán (1518). À partir de 1519, au côté de Cortés, il joua un rôle important dans la conquête du Mexique. Celle-ci achevée, Cortés lui donna le commandement d'une expédition vers le sud, afin de conquérir les terres du Guatemala, contrée réputée fort riche.


Portrait de Pedro de Alvarado situé à la Municipalidad de Antigua au 2e étage.


La conquête du Guatemala (1523-1527)
L'expédition quitta Mexico en décembre 1523. En chemin, Alvarado combattit les populations qui s'étaient soulevées. La pénétration au Guatemala fut plus difficile que Cortés ne l'avait pensé, et les Espagnols eurent recours à la violence ; ils surent également tirer parti des dissensions entre les indigènes, et notamment du conflit qui opposaient les Cakchiquels aux Quichés, dont Alvarado fit brûler les chefs. Le pays une fois conquis, il fonda la cité de Santiago de los Caballeros (Saint-Jacques-des-Chevaliers), qui constitua le noyau de la colonisation.

Point de mire: Tecún Umán, acension et chute du royaume Quiché
 

Le royaume du Quiché, issu d'un mélange entre les populations locales pré-mayas et les Vug Amag (envahisseurs mexicains), fut fondé à la fin de l'époque post-classique (vers le XIVe siècle). Vers 1400, le roi Gucumatz établit sa capitale à K'umarcaaj (qui signifie « maisons de canne ») et conquit de nombreuses villes voisines. Pendant le long règne de son successeur, Q'uikab (1425-1475), le royaume du Quiché repoussa ses frontière jusqu'à Huehuetenango, Sacapulas, Rabinal et Cobán, étendant même sa domination sur les habitants de la région mexicaine du Soconusco.

K'umarcaaj est le centre d'une fédération politique fortement militarisée, formée par trois seigneuries. Chacune dominait un vaste territoire et une population rurale qui les faisait vivre grâce à des impôts et à des prestations obligatoires de services personnels et militaires, tout en devant travailler à la construction de travaux publics et au commerce

Au cours du XVe siècle, les Cakchiquel, peuple vassal autrefois allié des Quiché, se rebellèrent contre leurs anciens seigneurs et installèrent leur capitale à Iximché.

En 1524, les rumeurs de l'approche des Espagnols incitent les Quiché à proposer une trève à leurs ennemis Cakchiquel et Tzutujil pour affronter ensemble les envahisseurs du nord. Ces derniers refusèrent. Pedro de Alvarado et ses conquistadors entrèrent au Guatemala en 1524 et ce furent les Quiché, emmenés par leur roi Tecún Umán, qui organisèrent seuls la défense du pays. Le 12 février 1524, le seigneur Tecún Umán à la tête d'une armée de plusieurs milliers d'hommes attaque les Espagnols près de Quetzaltenango. Lors de cette bataille décisive, Alvarado et Tecún se retrouvèrent face à face et se livrèrent un combat à mort, dont Alvarado sortit vainqueur. Tecún Umán mort selon la légende, les Quiché vaincus invitèrent Pedro de Alvarado à négocier les termes de leur reddition dans leur capitale, où ils avaient secrètement prévu d'emprisonner les Espagnols et de les tuer. Flairant le piège, Alvarado requit l'aide de ses alliés mexicains et des Cakchiquel, farouches opposants des Quiché, et captura les chefs de ces derniers: Oxib Quiej et Belejeb Tzi. Il les fit brûler vifs, s'empara de K'umarcaaj (appelée Utatlán par les Mexicains), la détruisit et massacra tous les habitants. C'est la fin du royaume Quiché.

Les Espagnols se répartissent terres et habitants (les repartimientos) mais s'installent dans les « villages » indiens ce qui explique que de nombreuses communautés actuelles sont établies sur des sites pré-hispaniques. Plus tard, les Espagnols créent leurs propres communautés aux tracés classiquement rectilignes. Les conquistadores ayant besoin d'une vaste main d'oeuvre, obligent des milliers de personnes de cette région populeuse à émigrer vers l'est pour travailler dans leurs mines et leurs champs, disloquant complètement la société indienne. Ces travaux forcés et les maladies nouvelles importées par les Européens déciment les populations mayas.

Ruines de K'umarcaaj (Utatlán)
Cette destruction, le mépris de la colonie pour le passé indigène et l'indifférence du Guatemala indépendant pour ses racines et son histoire font qu'il ne reste plus de l'orgueilleuse cité des Quiché que quelques monticules pierreux, en voie de pénible restauration.

 
* Sources: Lonely Planet, Guatemala et Belize, Lonely Planet Publications, 1998
&
Le Guatemala , le pays des mille et une couleur, Les guides Peuples du monde, Éditions de l'Ardet, 1998


En 1526, déçu du rôle secondaire auquel le cantonnait Cortés, Alvarado s'embarqua pour l'Espagne afin de rendre compte des services qu'il avait rendus à la couronne et d'en obtenir les honneurs correspondants. En 1527, grâce à l'appui du grand commandeur de Castille, Francisco de los Cobos, il reçut le titre de gouverneur (adelantado) du Guatemala.


De retour en Amérique centrale, il fonda la ville de San Miguel sur la côte nord du Guatemala afin de stimuler le commerce avec l'Espagne, il organisa la recherche minière et régla l'organisation sociale par diverses ordonnances.

 


L'échec en Équateur
En 1531, il sollicita une capitulation pour partir à la découverte de la mer du Sud ; il s'embarqua au début de 1534 à la tête d'une escadre considérable pour l'époque — environ cinq cents Espagnols, deux mille esclaves, et plus de deux cents chevaux — et se dirigea vers l'équateur. Il débarqua dans la baie de Caraques et s'enfonça dans la forêt en direction de Quito, non sans perdre de nombreux hommes ; l'expédition atteignit la ville au bout de sept mois, mais Alvarado, devant la présence d'autres Espagnols — Belalcázar et Almagro —, dut renoncer à ses projets. Ses soldats, épuisés par leur expédition, se joignirent à ceux d'Almagro pour conquérir la région, et Alvarado vendit ses armes et sa flotte aux conquistadores du Pérou.


Il retourna au Guatemala en 1536, voyagea de nouveau en Espagne en 1537, y obtint la confirmation de son titre de gouverneur du Guatemala pour sept ans, et le gouvernement du Honduras, ainsi qu'une capitulation l'autorisant à explorer les côtes occidentales de la Nouvelle-Espagne (Mexique). En 1539, il débarqua au Honduras et commença les préparatifs pour sa nouvelle expédition. Appelé à réprimer un soulèvement indien au nord du Mexique, il s'y rendit et fut mortellement blessé de façon fortuite.

 

 

* Source: http://fr.encyclopedia.yahoo.com

 

 

 

Copyright © 2003-2004 DEVELOPPEMENT CADI INTERNATIONAL. Tous Droits Réservés.